Marmande : une ferme itinérante pour panser ses plaies

Lecture 2 min

A La Une Marmande

Les chevaux du sourire Ferme Itinérante

La ferme itinérante sera présente, aujourd’hui, à l’Ehpad des Glycines. 

© Crédit photo : photo les calèches d’aquitaine

Par ÉLODIE VIGUIER
Publié le 14/06/2018
Mis à jour à 10h08

Les Calèches d’Aquitaine prônent la médiation animale pour les personnes handicapées ou en difficulté psychologique.

Le cheval, c’est leur dada. Arrivés de la région parisienne, Stéphane Lanfranca et Morgane Maignan ont tous deux une solide expérience dans le milieu équin. Lui s’est occupé, des années durant, de la collecte des déchets à cheval dans le Val d’Oise, et a occupé la fonction de responsable d’élevage dans une ferme pédagogique. Elle, cocher à Versailles, proposait des balades en calèches dans Paris ou pour des mariages, des réceptions, des funérailles. Il y a un an et demi, ces deux amis ont posé leurs étriers dans le Sud-Ouest, à Marmande. Au vert, loin du tumulte de la capitale. « Pour se rapprocher de nos familles », stipulent-ils.

Tandis que Morgane poursuit son métier de cocher dans le Sud-Ouest et que Stéphane développe de son côté son activité de relaxologue, tous deux ont créé en parallèle l’auto-entreprise Les Calèches d’Aquitaine, continuité de l’association marmandaise On s’y attelle, dont l’objectif est de pratiquer la médiation équine. « On adore travailler ensemble, on lit dans la tête l’un de l’autre. Et on se complète très bien. » Au cœur de leurs ateliers : apporter un soutien aux personnes handicapées ou en proie à des difficultés psychologiques via la zoothérapie. « Il y a toujours une rencontre, un lien qui se crée avec les animaux… Tous les gens ont à un moment besoin que l’on s’occupe d’eux. L’idée, avec nous, c’est de dompter leur stress, de les aider à maîtriser les situations anxiogènes », détaille Stéphane. Morgane, de son côté, rappelle tous les bienfaits de telles rencontres : « Un animal va se passer de jugement. Face aux chevaux, on est confronté à soi-même C’est ce que l’on appelle l’effet miroir. » Un contact parfois miraculeux… « Chaque personne réagit à sa façon. Mais on est dans tous les cas positivement surpris à chaque fois. »

Le lien homme-animal

Installés au lieu dit Delage, ces amoureux de la nature travaillent notamment avec les instituts médico-éducatifs (IME) du territoire lot-et-garonnais. Et ont choisi d’aller plus loin dans leur besogne en créant un concept de ferme itinérante. « Nous ne pouvons pour l’instant accueillir du public sur notre site. Nous avons donc eu l’idée, il y a quatre mois, d’aller nous-mêmes à la rencontre de ces personnes. »

Chevaux de trait, ânes, poneys, chèvres, lapins, chien de berger sont ainsi transportés là où le vent les porte. La semaine dernière, c’était à Moirax. Aujourd’hui, ce sera à l’Ehpad des Glycines, à Marmande. « Il y aura les seniors mais aussi des enfants de l’école voisine. Nous créerons des binômes. Car dans nos projets, demeure celui du bienfait des rencontres intergénérationnelles. »

Au-delà du lien homme-animal, ce sont des ateliers éducatifs que les deux compères souhaitent mettre en place. D’où provient le lait ? Comment fait-on le beurre ? « En région parisienne, les réponses des enfants pouvaient parfois faire peur… Aujourd’hui, nous souhaitons transmettre des savoirs qui se perdent. »